Inès de la Fressange - Collection Prêt-à-Porter - Automne-Hiver 2008/2009

Inès de la Fressange

En écho à la fashion week parisienne qui se déroule actuellement (du 24 septembre au 2 octobre 2013) Voici un article qui n’est pas très récent, puisqu’il date de 2008… La collection d’Inès de la Fressange, égérie de la maison de haute-couture Chanel de 1983 à 1989. En 1989, elle est choisie comme modèle du buste de Marianne (symbole de la Nation présent dans toutes les mairies de France). Ayant promené son allure longiligne sur tous les podiums de la planète, personne n’incarne mieux qu’elle la parisienne et l’élégance à la française.

Ci-dessous, le texte de présentation de la collection prêt-à-porter – Automne-Hiver 2008/2009.

Conduites graphiques.

“Structures, matières et imprimés dialoguent dans une collection sous influence qui éloigne ou rapproche le temps réinventé de ses sources d’aspiration. Si les silhouettes sont précises et résolument actuelles, elles affirment, par des jeux d’échos et de citations, une approche croisée des modes depuis les sixties. Elles se déclinent principalement en veste structurées, courts manteaux géométrisés, petites robes d’hiver, jupes et pantalons toujours impeccables. Cette mode éveille les désirs contradictoires d’une femme pour laquelle on aurait inventé un élixir dotant simultanément de l’adolescence éternelle et de l’équilibre de la maturité.

Loin des Clichés, l’héritière de Jackie Kennedy, d’Emma Peel, de Catherine Deneuve… Bercée des avancées de la culture pop puis, de Vasarely à Garouste, des retours “post-modernes”, la personnalité de la femme “Inès de la Fressange” s’établie à partir de ses propres références, en réconciliant dans son vestiaire les lignes de la raison et celles de l’expression, la notion du temps réintroduite comme un luxe et l’humour comme juste recul.

Constructions douces et nettes, épaules fines et taille haute, ligne trapèze et forme boule, l’esprit de cet ensemble est servi par des matières “couture”. Leur qualité s’étend sur un large registre, depuis la fluidité des soieries, la tenue du drap et du crêpe, la sensualité du cachemire, de l’Ottoman, du velours, du satin de laine, la douceur moelleuse de la maille sculptée, jusqu’au décalage subtilement militaire de la gabardine. Popeline et satin de soie à même la peau pour des chemises androgynes complètent le jeu des doublures de couleur ou des rayures en apportant une touche raffinée de fantaisie privée.

Si la dominante reste sombre, les couleurs saturées ont une forte présence. Jaune, rose, orange se déclinent en aplats toniques puis migrent vers des imprimés à la fois graphiques et féminins. La valeur d’un très beau gris sombre et orageux, d’un bleu noir d’encre, d’un beige élégant, les contrastes en noir et blanc, complétant les différents états du noir, apportent leur valeur rigoureuse au flou. Détails et accessoires, ceintures, sac, bijoux, lunettes, gants, parapluies ainsi qu’une collection inédite de souliers viennent ponctuer l’allure parisienne, chic et décalée de cette saison ».

François-Louis Vuitton

(Source texte : Plaquette présentation collection)

Pour visionner le diaporama : Cliquer ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s